Historique du Domaine Gagnon

historique
En 1973, Gilbert Gagnon, père d’une famille composée de cinq filles et d’un fils unique, acquiert la propriété chevauchant les municipalités de St-Romain et St-Sébastien, pour rapprocher, d’une part son épouse, Liette Lacroix, de sa famille native de la région, et d’autre part, pour permettre aux enfants de dépenser leurs énergies et leur faire connaître la campagne, car à l’époque, ils habitaient la ville de Pierrefonds, en banlieue de Montréal.

 

historique5À ce moment-là, la propriété comprenait environ 35 âcres de forêt mixte bien entretenue, un lac naturel et un lac artificiel, ainsi que deux chalets, « le grand chalet » et le « petit chalet ». L’endroit est vite devenu le lieu de rassemblement des familles Gagnon et Lacroix, qui en conservent encore tous des souvenirs mémorables. En effet, c’était l’endroit idéal pour un rapprochement intime avec la nature, les amis (es), la famille. L’été, on y venait pêcher la truite mouchetée et arc-en-ciel, se baigner ou encore profiter des embarcations disponibles, canot, pédalo et chaloupes. L’hiver, la raquette et le ski de fond étaient à l’honneur.

Gilbert cède aux demandes de ses filles Annik et Nathalie, en leur offrant deux chevaux, ce qui devient une bonne source de motivation pour se déplacer à la campagne, afin d’y venir pratiquer l’équitation, leur sport préféré, sur le réseau de sentiers situés sur la propriété.

Vers l’âge de 18 ans, une nuit où Marc, le fils unique de la famille Gagnon, vient camper avec ses amis, il rêve qu’il va venir finir ses jours au Domaine. En 1984, la concrétisation de son rêve débute en achetant le domaine de son père. Dans un premier temps, la place devient sa résidence secondaire et il vient y passer toutes ses fins de semaine.

 

 

En 2002, les événements de la vie amènent Marc à s’établir de façon permanente au Domaine. À partir de ce moment, il a utilisé toutes ses économies et son temps libre pour effectuer des travaux de construction, d’aménagements paysagers, des sentiers, l’acquisition des terrains voisins, faisant en sorte que maintenant, c’est devenu un vrai petit paradis et il considère que l’appellation « Domaine Gagnon » est bien méritée.